Festival de Cannes 2015

Petite Histoire du plus grand Festival au monde – Chapitres 1 & 2

festival de cannes histoire et secrets inavouables

« Cannes est tout ce que le cinéma est: glamour et rigueur, bêtise et sérieux, sexuel et cérébral, excessif et raffiné, art et business, le ridicule et le sublime. Un élitisme fortement discriminatoire, et en même temps une capacité à changer, à embrasser les nouvelles tendances du cinéma. »

Todd McCarthy, journaliste au Hollywood Reporter

C’est Jean Zay, ministre des Beaux-Arts et de l’Instruction Publique, qui fut derrière le projet du Festival de Cannes, alors appelé Festival International du Film. La France souhaitait créer une cérémonie cinématographique prestigieuse capable de concurrencer la Mostra de Venise. Plus que de simples festivals, le Festival International du Film et la Mostra de Venise opposaient deux mondes : l’Italie fasciste, soutenue par l’Allemagne nazie, et la France républicaine, soutenue par l’Angleterre et les Etats-Unis. Le projet validé, le Festival se mit à la recherche d’une terre d’accueil. Plusieurs villes étaient candidates : Biarritz, Vichy, Alger… mais c’est finalement Cannes qui sera retenue.

La première édition du Festival International du Film doit se dérouler en 1939. Elle promet d’être grandiose et nomme Louis Lumière comme président, l’homme qu’on a souvent présenté comme l’un des inventeurs du cinéma. Les stars hollywoodiennes, tels que Gary Cooper (que vous connaissez surement pour son rôle du shérif dans Le Train sifflera trois fois) ou Victor Flemming (réalisateur de Le Magicien d’Oz), prennent le paquebot dès le mois d’août afin d’arriver à temps pour le début de la cérémonie, qui doit se dérouler du 1er au 20 septembre. Le Festival International du Film a pour ambition de devenir le plus grand marché du film au monde. On promet au septième art vingt jours de rêve et de fêtes, le tout dans un Cannes stylisé dans l’esprit du Quasimodo de William Dieterle : on prévoit par exemple de bâtir une réplique de Notre Dame de Paris sur une plage cannoise ! Mais, le 1er septembre, les troupes allemandes envahissent la Pologne. C’est le début de la Seconde Guerre Mondiale : le Festival International du Film est annulé.

Affiche_1939_JG-DomergueOK

Affiche de la première édition

Ce n’est finalement qu’un an après la fin de la guerre, en 1946, qu’a lieu la première édition du Festival International du Film. Depuis 1939 et le projet de Jean Zay, le Festival a évolué. La présence de l’Etat a diminuée, les gouvernements d’après guerre refusant de soutenir financièrement le festival… au contraire des syndicats, qui s’investissent énormément et permettent la construction du Palais des Festivals. Après plusieurs années d’hésitations, le Festival se décale en 1951 et se décide de désormais se dérouler au printemps. C’est un choix payant, le Festival International du Film n’étant désormais plus en concurrence avec la Mostra de Venise qui a quant-à-elle lieu en automne. En 1955 sera crée la légendaire Palme d’Or (NDLR : jusqu’en 1955, la récompense suprême était le Grand Prix, qui sera d’ailleurs réhabilité de 1964 à 1975). Petit à petit, Cannes devient le plus grand événement cinématographique mondial.

Cannes doit cependant encore évoluer : le cinéma doit primer sur les mondanités… et les affaires d’Etat. Pendant longtemps, le Festival s’est trop mêlé de diplomatie. Jusque la fin des années 60’s, ce n’était pas la direction ou les jurés qui choisissaient les films mais les ambassades. Ainsi, si un film ne plaisait pas au gouvernement en place, ce dernier pouvait « le censurer », en le privant de la reconnaissance internationale qu’apportait une sélection à Cannes. Les Etats s’immisçaient souvent dans le Festival ; par exemple, en 1956, suite à une demande de l’Allemagne, la France interdit à Cannes de diffuser le film d’Alain Resnais, Nuit et Brouillard, qui parlait de la Shoah. On peut également parler du scandale suite au sacre de La Dolce Vita, le long métrage de Frederico Fellini qui obtint la Palme d’Or en 1960. Le Vatican menaça d’excommunication tout chrétien qui verrait ce film ! En France, le ministre de la culture décida quant à lui de censurer quelques parties du film… Cannes stoppera finalement les scandales d’Etat en 1972, lorsque la direction du festival décida qu’elle serait la seule responsable de la sélection des films.

« Couronnez un Américain, vous êtes vendus à l’Amérique. Couronnez un Russe, vous êtes communiste. On n’en finirait plus de chercher le dessous des cartes. C’est la structure profonde du festival qui est mauvaise, c’est elle qu’il importe de changer »

Jean Cocteau, cinéaste

Extrait de "La Dolce Vita"

Extrait de « La Dolce Vita »

La fin des années 40’s avaient vu la naissance d’un festival. Les années 50’s marquaient elle l’ouverture de Cannes sur le monde ainsi qu’une certaine mondanisation de l’événement (dérivé de l’adjectif mondain ; tout le monde a le droit d’inventer des mots !). Les années 60’s virent Cannes devenir le plus grand événement cinématographique au monde. Enfin, dans les années 70’s, on assista à l’indépendance du festival, qui s’affirma de plus en plus comme un événement cinématographique et non plus comme un rendez-vous mondain internationalisé.

Les plus grands cinéastes viennent présenter leurs œuvres : le japonais Akira Kurozawa, le suèdois Ingmar Bergman, l’italien Federico Fellini, l’hispano-mexicain Luis Bunuel, l’américain Robert Wise, le français François Truffaut… Diffuser leur œuvre à Cannes leur promet une exposition internationale et y obtenir un prix assure une reconnaissance mondiale ! Le Festival International du Film devient une référence, une sorte de label. Si un long-métrage passe à Cannes, on peut d’emblée le considérer comme un film de qualité. Les mondains sont quant à eux relégués à l’arrière plan, délaissant progressivement leur place aux stars de cinéma. Ce sont désormais elles qui font la renommée du Festival. Les actrices populaires, comme Brigitte Bardot, les réalisateurs en vogue, Jean Luc Godard ou Louis Malle, sont désormais sous les feux des projecteurs et les flashs des photographes.

Brigitte Bardot sur la Croisette (1956)

Brigitte Bardot sur la Croisette (1956)

Le Festival de Cannes est désormais bien en place : la dimension cinématographique de l’événement prime sur tout autre aspect du festival, et sa reconnaissance est internationale. C’est Gilles Jacob, délégué général à partir de 1978 puis président en 2001, qui fera du Festival de Cannes le Festival que l’on connaît aujourd’hui. On lui doit par exemple la création des catégories « Caméra d’Or » (meilleur premier film) et « Certain Regard (œuvres marginales). C’est également Gilles Jacob qui diminue le nombre de films sélectionnés ainsi que la durée du Festival. En tant que délégué général, puis en tant que président, Gilles Jacob défendra la liberté cinématographique, en luttant contre la censure, les pressions des dirigeants autoritaires mais aussi en aidant les cinéastes des pays pauvres ou les jeunes réalisateurs (grâce à la Cinéfondation, qui facilite considérablement la vie des jeunes cinéastes). Il ouvre le cinéma à toutes les formes d’expressions et autorise les films animés… Il professionnalise et internationalise le jury, obligeant le choix pour président du jury d’une personnalité cinématographique reconnue à travers le monde. En 2007, pour fêter les 60 ans du Festival de Cannes, le président décide de réunir trente cinq cinéastes issus de 25 pays différents et leur demande de réaliser chacun un court métrage de trois minutes autour du thème « La salle de cinéma ». Ce film, Chacun son cinéma, d’un peu plus d’une heure et demie, regroupe au final trente trois courts métrages faits par des réalisateurs tels que David Lynch, les frères Coen, Roman Polanski, Gus Van Sant… Gilles Jacob a pris sa retraite cette année et a été remplacé le 14 janvier dernier par Pierre Lescure. Quelle sera sa vision du Festival de Cannes ? Seul les années à venir nous le diront… mais on devrait déjà en savoir un peu plus dès le 15 mai prochain.

18822812

Affiche de « Chacun son cinéma »

@ReveurCinephile

Sources :

http://www.festival-cannes.com/fr/about/aboutFestivalHistory.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top