Dossier

PORTRAIT : Nic Pizzolatto, showrunner de la série True Detective

10-questions-nick-pizzolatto

Le scénariste Nic Pizzolatto connait actuellement une rapide ascension dans le monde du petit écran grâce à la nouvelle série True Detective dont il est le showrunner (auteur et producteur, cialis 40mg voir Wikipédia). S’étant toujours considéré comme un artiste visuel, sickness il doit son entrée dans le monde de l’écriture à son ancien professeur de littérature lui ayant permis, selon ses propres mots, de « vivre une vie utile et productive au lieu de finir en prison ». 

C’est ainsi qu’alors qu’ayant été barman pendant quatre années, il s’est renseigné auprès d’un agent d’Hollywood afin de cerner comment se produire à la télévision. Il écrira alors six scripts dont l’un étant le pilot de True Detective qu’il décide de garder et de faire fructifier ce projet en le proposant à HBO.

En tant qu’écrivain, Nic Pizzolato ne se dédie pas à un genre de littérature en particulier et s’il a ajouté à ses scripts et à True Detective des meurtres, c’est pour la simple et bonne raison que selon lui personne ne serait intéressé par une aventure se résumant à deux hommes discutant tout en conduisant.

Un Show Runner assumé

Nic Pizzolatto a d’abord fait ses marques avec The Killing pour lequel il a contribué au scénario pour deux épisodes. Même s’il reste scénariste, et a d’ailleurs écrit un livre intitulé Galveston récompensé et parut en 2010, il tient à son statut de showrunner en ayant toujours le dernier mot lors des décisions de tournage. C’est ainsi à son initiative que toute la première saison de True Detective n’a été réalisée que par un seul et même réalisateur. Ce procédé n’est pas commun dans le milieu des shows télévisés où la norme constitue plutôt à employer plusieurs réalisateurs respectant un cahier des charges afin de gagner en productivité tout en conservant une certaine homogénéité. Ce choix, le scénariste le justifie principalement par l’envie de mettre les acteurs à l’aise d’une part, et le souhait de donner à sa série un cachet proche du film indépendant où la patte du réalisateur peut se ressentir et ainsi démarquer son œuvre, quitte à en assumer l’allongement conséquent du temps de production.

De nombreux emprunts au cinéma

Dans sa réalisation et sa mise en scène, True Detective tend davantage à se rapprocher du cinéma que de la série télévisée. Cela est dû au choix du réalisateur avec Cary Joji Fukunaga, réalisateur de longs métrages dont notamment Sin Nombre, mais également au choix des acteurs principaux eux aussi issus du milieu du cinéma avec Woody Harrelson (No Country For Old Men, Sept Vies, Hunger Games) et Matthew David McConaughey (Le loup de Wall Street, Killer Joe).

Avec ces deux acteurs, le showrunner cherchait à obtenir deux figures physiquement marquantes et  dont une également capable de retranscrire une certaine ingéniosité intellectuelle face à au monde environnant. Nic Pizzolatto le souligne, c’est avec la combinaison de deux acteurs et un réalisateur du cinéma ajouté à un scénariste déjà primé qu’il lui a été possible de convaincre une grande chaîne telle que HBO de porter ce projet.

Entre psychologie et mysticisme

Considérés par leur auteur comme des stéréotypes de façade dévoilant leur profondeur dans les détails de leurs caractères, les deux personnages principaux passent beaucoup de temps en voiture à se parler et confronter leurs visions respectives du monde. Ces passages sont pour Pizzolatto l’essence même de l’originalité du script de True Detective permettant ainsi d’explorer l’aspect psychologique des personnages de façon continue.

En recherche de justice, ces deux personnages que sont Rust et Marty se servent de ce qui les entoure comme une excuse pour trouver comment vivre et se faire une place dans ce monde tout en cherchant à résoudre les crimes. C’est cette investigation à deux niveaux qui les rend indissociables.

La recherche de la réalité concrète, la réalité telle quelle existe sans fioritures, est au centre de la réalisation opérée notamment en ce qui concerne la représentation de la monstruosité de certains personnages. C’est de par le traitement de la monstruosité de certains actes, de certains personnages, que s’opère le lien étroit entre psychologie et mysticisme.

Bien qu’il ait grandi dans un foyer catholique Pizzolatto précise que la série n’est pas à l’encontre de la religion, elle possède toutefois une part importante de mysticisme mélangeant croyances et superstitions, les deux étant greffés à la réalité. C’est dans cette optique que le scénariste se dit être contre les jugements finis même si la notion de damnation est omniprésente.

Merci à L’Info Tout Court  pour cet article.

true detective wallpaper

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top