Critique Film

CRITIQUE : Le Hobbit, La désolation de Smaug ★★★★☆

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Personne ne dira le contraire, cette fin d’année a été riche en bons films.

Le Hobbit : La Désolation de Smaug en est un exemple frappant.

Cliquez ici pour écouter la BO du film : « I See Fire » de Ed Sheeran pendant votre lecture

Certes, on ressent des longueurs, notamment lors d’un combat final à rallonge, mais ce deuxième volet dépasse de loin le premier en terme de divertissement pur et dur.

Souvenez-vous, Un voyage inattendu mettait 40 minutes à se lancer. 40 minutes de chants de Nains et de plans de prairies verdoyantes. J’en vois déjà venir certains, Tolkien en était friand je vous l’accorde.

Dans La Désolation de Smaug, Peter Jackson (qui apparaît dans le premier plan du film) semble vouloir corriger certaines « erreurs » du premier volet.

Moins de blabla, plus d’action !

Les elfes sont de retour ! Ils sont l’incarnation même de l’élégance meurtrière. En témoignent ces scènes d’exécutions d’orques, toutes plus originales les unes que les autres.

L’elfe Tauriel, personnage féminin ajouté par Jackson, s’intègre parfaitement au récit. La romance qu’elle apporte enrichit  l’histoire principale.

Alors, pour qui de Legolas ou de Kili (l’un des Nains) le cœur de Tauriel balancera-t-il ?

La 3D, comme à son habitude, ne sert pas à grand chose. On sera impressionné par l’animation nous invitant à chausser nos lunettes, comme à chaque fois en début de film, et puis… rien. Ah si ! On aura la chance de voir deux bourdons géants sortir de l’écran pendant une courte scène. Et ensuite…plus rien…du tout…jusqu’à la fin…

Evidemment, l’essentiel du film repose sur l’apparition de Smaug, et c’est une claque tant visuelle que technique ! La performance capture est aussi incroyable que la synchro labiale est excellente. Les lèvres du dragon bougent exactement en même temps que sa voix. Un vrai travail d’artiste.

Petites anomalies pour les maniaques de l’image :

  • La scène des tonneaux (une des plus épiques du film il faut l’admettre) présente deux défauts :

– la première : l’utilisation de caméras « style GoPro » (qui à la base est une bonne idée), crée un style qui s’intègre mal dans un film en Ultra haute définition. Les plans sont à la limite d’être pixelisés, même s’ils ne durent que quelques secondes.

– la deuxième : Cette chute ! Lorsque les tonneaux sont à la dérive, tournoyant dans un fort courant, que se passe-t-il  au moment de tomber avec la cascade ? Même si cela ne dure qu’un millième de seconde, on discerne clairement les tonneaux qui se figent dans leur élan cyclique, tombant sans bouger, gardant étrangement la même position. Et qu’en est-il des lois de la physique ?

  • Dans la Montagne Solitaire, les pièces que Smaug déplace, disparaissent les unes après les autres ! Si l’on s’attarde sur une pièce en particulier (qui fait ça ? Je ne sais pas), on se rend compte qu’elle ne glisse pas mais se soulève et disparaît pour laisser sa place à une autre…

  • Dernier chipotage : Lorsque Bilbo se retrouve en tête à tête avec les araignées, il n’entend leurs voix que lorsqu’il met son anneau. Face à Smaug, même chose, il l’entendait en ayant l’anneau au doigt. Mais au moment où il le retire, le dragon ne cesse pas de parler !

Ce sont d’insignifiants détails…

En résumé : Le Hobbit : La Désolation de Smaug est certes un film avec des longueurs, mais qui offre des passages épiques qui les font oublier. Au final : un bon moment, malheureusement conclu par une fin abrupte qui nous laisse sur notre faim…

Histoire à suivre en juillet 2014…ou plutôt en décembre 2014. La date ayant été changée pour maximiser les profits.

A noter :

  • Peter Jackson comptait réaliser Le Hobbit en premier, et non Le Seigneur des Anneaux. Pour une question de droits cela ne s’est pas fait dans cet ordre.

  • L’acteur qui joue le sorcier Radagast, passait initialement le casting dans le but de décrocher le rôle de Bilbo…

The Hobbit : The Desolation of Smaug
Un film de Peter Jackson avec Martin Freeman, Ian McKellen, Orlando Bloom et Evangeline Lilly, …

Action, Aventure, Fantastique – USA – 2h41 – Sortie le 11 décembre 2013 (11/12/13)

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top