Critique Série

CRITIQUE SÉRIE : Brooklyn Nine-Nine

Diffusée depuis début septembre aux Etats-Unis sur la chaîne Fox, ask la comédie policière Brooklyn Nine-Nine est une véritable bouffée d’air frais dans le paysage télévisuel actuel. Tout d’abord parce que c’est une série comique mettant en scène des flics. Une tentative audacieuse lorsque l’on sait que les séries policières qui ont le plus de succès outre Atlantique, malady et qui sont les plus exportées sur le vieux continent, this sont des séries policières dramatiques. Parce que la lutte contre le crime, c’est pas marrant ! Non mais…

Brooklyn Nine-Nine relève cependant le défi avec brio grâce à des épisodes plus drôles les uns que les autres. La série de Dan Goor et Micheal Schur (les papas de la brillante Parks and Recreation) prouvent que les flics peuvent faire des jeux de mots pourris sans se prendre trop au sérieux (oui, c’est à toi que je m’adresse Horatio Caine !).

Mais cet ovni reste néanmoins difficile à classifier : si, en soi, la série met en scène des détectives du 99ème (et fictif) district de Brooklyn à New York, l’accent n’est pas mis sur les enquêtes. Elles sont en effet rapidement reléguées au second plan afin de se concentrer sur le quotidien déjanté des personnages. La forme courte de la série (20 minutes par épisode environ) ne permet pas le développement d’intrigues approfondies et aborde des sujets plus légers (mais tout aussi importants) comme le choix du resto pour la pause déjeuner, les différentes techniques pour augmenter la productivité de l’équipe et surtout l’élaboration de blagues et autres expériences plus ou moins dangereuses (vous avez déjà essayé de faire une course de fauteuil à roulettes en vous propulsant avec un extincteur ? Eux oui.).

Brooklyn99Insider-Fire Extinguisher Roller Chair Derby

(La preuve en images.)

Sous ses allures potaches, la première saison s’avère néanmoins prometteuse. La série ne repose pas uniquement sur les blagues du très efficace détective Peralta (Andy Samberg) mais sur un scénario bien huilé et des personnages dont les rôles sont aussi bien écrits qu’interprétés. On entre, dès le premier épisode, dans le vif du sujet et l’écriture directe et incisive permet de cerner assez rapidement des personnages bien loin des clichés policiers (notamment le nouveau capitaine de la brigade, Ray Holt interprété par André Braugher, hilarant dans son impassibilité et original de par sa virile homosexualité. Il rompt ainsi avec le cliché de la « folle » souvent mis en scène sur le petit écran). L’équipe de la division est très éclectique et c’est sans doute ces différences qui permettent de créer des situations aussi hilarantes. Certains personnages s’avèrent néanmoins plus attachants que d’autres. C’est le cas du « foodie » et peureux détective Charles Boyle (interprété par Joe Lo Truglio), qui tentera à plusieurs reprises de séduire la « badass » de la bande : la détective Rosa Diaz (interprétée par la brillante Stephanie Beatriz) sous les yeux moqueurs de Gina, (la secrétaire du capitaine, jouée par Chelsea Peretti) commère légèrement instable, toujours au courant de tout et utilisant son influence auprès du capitaine pour manipuler l’intégralité de la division.

Si la forme n’est pas particulièrement mise en valeur (on retrouve la mise en scène rapide, efficace mais peu esthétique de Parks and Recreation et autres séries à caméra unique du style The Office), c’est le fond et donc le scénario qui fait toute la différence et permet la création d’une série intelligemment comique et divertissante. Primée récemment aux Golden Globes dans la catégorie « meilleure série comique de l’année », on attend avec impatience la fin de la première saison et, l’annonce d’une deuxième saison pour la rentrée prochaine. Brooklyn Nine-Nine est sans aucun doute une affaire à suivre.

brooklyn99 site

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top