Critique Film

JASON BOURNE : Devoir de mémoire ★★★☆☆

Par la force de leur savoir-faire, Paul Greengrass et Matt Damon viennent redonner de la vie à un été bien morne, mais avec une pointe de pessimisme.

Jason-Bourne-1

Cela fait déjà bientôt dix ans que Jason Bourne a retrouvé son identité dans La Vengeance dans la peau, dernier volet d’une trilogie qui aura su redéfinir le cinéma d’espionnage et d’action par sa dimension paranoïaque et réaliste, ainsi que sa mise en scène déconstruite, pleine de shaky cam, d’ellipses, de cuts et de zooms vifs, proche du documentaire. Le sentiment d’urgence qui en découlait s’inscrivait dans notre quotidien, loin d’une idéalisation rendue désuète de l’espionnage, mise en lumière par les James Bond over the top de Pierce Brosnan, révélant une quête identitaire du célèbre agent secret depuis son entrée dans le nouveau siècle. En bref, Jason Bourne a su choisir son camp et s’y tenir avec dignité malgré les errances d’un spin-off pas si mauvais (Jason Bourne : L’Héritage). Sauf que le succès de la saga, couplé au manque d’originalité de plus en plus grandissant d’Hollywood, a rendu inévitable la mise en chantier d’une suite. Fort heureusement, la seule annonce du retour de Matt Damon dans le rôle principal et de Paul Greengrass (réalisateur des deux derniers opus) derrière la caméra a suffit à rassurer les craintifs d’un opportunisme dont a particulièrement souffert cet été de blockbusters. Et pour être franc, s’il n’est pas le sauveur attendu, Jason Bourne convainc sans peine par l’honnêteté de son entreprise, et par le savoir-faire de son équipe.

Jason-Bourne-3

En tant que potentiel point de départ à une nouvelle trilogie, Greengrass s’est posé les bonnes questions pour faire évoluer son personnage, afin que nous ressentions le temps passé en notre absence. Fatigué et mutique, le nouveau Jason Bourne est plus badass, mais aussi plus désillusionné que jamais après avoir découvert les secrets qui l’entourent. Et si le postulat du scénario semble quelque peu forcé (l’une de ses anciennes alliées pirate la CIA pour divulguer des opérations secrètes, et tombe sur de nouvelles informations concernant son passé familial), ce nouvel opus rappelle à quel point l’ex-agent n’a jamais combattu que pour lui-même, dans la quête constamment inassouvie de la reconstitution de son histoire. Semblant toujours redémarrer de zéro, il lorgne du côté de Sisyphe, piégé par son propre espace-temps, loin de nos considérations. Greengrass s’est ainsi focalisé, plus encore que dans les précédents films, sur l’aspect anachronique de Bourne, sur cette présence humaine dans un monde de plus en plus froid et numérisé. Que le métrage s’amuse de temps à autre à nommer Snowden n’assure pas qu’un ancrage dans notre réalité, mais à marquer un contraste avec notre héros. Bourne ne se considère pas comme une lanceur d’alerte motivé par des idéaux, ou à l’inverse un patriote prêt à tout pour la sécurité de son pays. Si le personnage possède un nombre de répliques très réduit, c’est parce qu’il n’a aucun message à porter, aucun discours à lancer au spectateur, mis à part de montrer que les cases dans lesquelles on aimerait le ranger ne sont pas aussi délimitées.

Jason Bourne (2016)

En étant libéré des romans de Robert Ludlum, Paul Greengrass fait volontairement perdre au récit une partie de sa complexité narrative, dont les multiples montages alternés conféraient à la peur d’une organisation tentaculaire. Mais en contrepartie, il se concentre plus aisément sur les corps de ses personnages, ainsi que sur leurs ambitions parfois contradictoires, appuyant l’anti-manichéisme de son univers. Moins centré sur Bourne que sur sa légende, le film interroge les conséquences de ses actes et ses dommages collatéraux. Ainsi, le personnage du tueur lancé à sa poursuite et incarné par Vincent Cassel inquiète par sa volonté de vengeance, car la divulgation publique des black ops de la CIA par Bourne lui a valu de perdre sa couverture en pleine mission. Sans avoir besoin d’en dire plus, une simple scène montrant les cicatrices sur son dos suffisent à comprendre les horreurs qu’il a traversé. Il n’est donc pas si différent de son ennemi, qui lui conserve les traces des balles qu’il a reçu au début du premier volet. Leur vie s’apparente à un sacrifice perpétuel, à une perte perpétuelle, mais seul le bad guy la relie à une notion de patriotisme désormais dénuée de sens, tant elle suppose des actes de traîtrise malgré l’antinomie des deux termes. Les bonnes volontés finissent par suivre les intérêts personnels de chacun, de l’ambition de la jeune Heather Lee (Alicia Vikander) à la survie d’Aaron Kalloor (Riz Ahmed), jeune surdoué de l’informatique façon Mark Zuckerberg, qui a eu le malheur de pactiser avec la CIA et son directeur (Tommy Lee Jones) alors qu’il dénonce la surveillance d’Internet tout en étant obligé de l’appliquer.

jason-bourne-4

Alors certes, le propos sur la liberté et la vie privée à l’heure des nouvelles technologies peut paraître quelque peu naïf, mais il trouve corps par la mise en scène de Greengrass, intellectualisée à chaque métrage pour lui apporter un sens nouveau. Elle devient un élément narratif souvent plus révélateur que des lignes de dialogue, le cinéaste ayant même eu la bonne idée d’écrire son script avec son monteur, Christopher Rouse. L’assemblage vif de ces images tremblantes dépeint un monde en constant mouvement, encore plus rapide depuis la révolution informationnelle. Là où Michael Mann plongeait directement au sein des circuits électroniques pour suivre le trajet d’une information (Hacker), Jason Bourne le métaphorise dans son macrocosme, avec ses populations dont les déplacements, ou le flux, bouchent régulièrement le premier plan. Et si les écrans sont toujours aussi présents dans l’univers du film, Greengrass fuit par sa réalisation leur fixité, et la défie même par sa caméra de reporter éloignée d’un monde lisse et fantasmé, pour nous visser dans la réalité des événements. Ce brio se ressent tout particulièrement dans les scènes d’action, plus maîtrisées que jamais, dont la progression des décors dénonce cet aveuglement généralisé. Après une poursuite en Grèce au beau milieu d’une violente manifestation, le métrage se conclut sous les lumières enchanteresses de Las Vegas, dans un montage à la limite de l’abstraction cinétique, nous obligeant à concentrer notre regard. Entre les flammes, les carcasses de voitures et les barricades, les personnages traversent à leur manière des flux, des flux découpés et privés de leur limpidité. Paul Greengrass est un cinéaste de la fragmentation, scindant par son travail de l’image les corps et les personnalités, empêchant les uns et les autres de se contenter d’un seul visage, d’une seule vérité. Jason Bourne devient dès lors une figure voulant revenir dans le passé, désireuse de retrouver l’aspect monolithique et unidimensionnel des héros d’antan. Cependant, son réalisateur filme avec lucidité l’impossibilité d’une marche-arrière. Bourne est entré dans le siècle avec le 11 septembre 2001, et doit en partie son succès aux interrogations très contemporaines qu’il a su se poser, notamment sur la politique sécuritaire de George W. Bush. Ces questions ayant continué de passionner Greengrass avec des films comme Vol 93 ou Green Zone, il a embrassé la réécriture des mythes américains qui en a découlé, la noirceur soudaine de héros plus si certains de leur puissance, voire même leur remise en cause d’un pays à l’éthique douteuse. Jason Bourne appartient à cet héritage aujourd’hui ancré dans le monde de la fiction. Sa quête de sens insatisfaite se mécanise, au point de devenir ironiquement sa raison d’être. La caméra s’amuse ainsi à contraster l’imperfection de ses mouvements des êtres à priori parfaits qu’elle filme, froids et précis comme des machines à tuer. La fragmentation les prive d’une certaine humanité, les rapprochant du monde de l’informatique qu’ils veulent combattre ou exploiter. Indirectement, Jason Bourne pourrait représenter l’essoufflement du blockbuster estival actuel, piégé dans une époque qui épuise les héros, qui les prive de gloire. Le combat final, se déroulant discrètement dans un souterrain, l’illustre avec tout le talent dramatique, voire fataliste, dont est capable Paul Greengrass. On pense alors à Christopher Nolan et à son Dark Knight, autre grand film post-11 septembre qui rappelait que l’on a les héros qu’on mérite.

Réalisé par Paul Greengrass, avec Matt Damon, Alicia Vikander, Tommy Lee Jones

Sortie le 10 août 2016.

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


JASON BOURNE : Devoir de mémoire ★★★☆☆
Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

To Top