Critique Film

FRANK : entre cinéma expérimental et road movie ★★★★☆

BON RÉTABLISSEMENT (synopsis) : LE MEILLEUR REMEDE – Jean Becker réalise une comédie à l’humanité débordante en racontant comment Pierre (Gérard Lanvin), sale homme plutôt ronchon coincé à l’hôpital à cause d’une jambe dans le plâtre, va retrouver goût à la vie grâce à un entourage jovial. Dans cette ode à la vie, des personnages hauts en couleur défilent pour une série de sketchs mais aussi d’instants tendres et émouvants.

bon rétablissement 2 LOW

CONCOURS : Gagnez 1 DVD, 1 Blu Ray ou 1 livre du film ‘BON RÉTABLISSEMENT’

A l’occasion de la sortie du DVD, et en partenariat avec Cinetrafic, nous vous proposons de gagner un dvd, un blu ray ou  un livre dont est adapté le film Bon Rétablissement ! Pour participer, il vous suffit de répondre aux deux questions ci-dessous en n’oubliant pas de bien renseigner votre nom, votre adresse mail et votre adresse postale… Le concours se termine le 13 février, bonne chance à tous !

Vos nom et prénom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre adresse postale (obligatoire)

Qui a réalisé le film ?

Quel est l'acteur principal ?

Augmentez vos chances en nous suivant sur les réseaux sociaux !
(voir colonne de droite)
Pour valider le bonus, merci de préciser vos pseudos
(un pseudo = 2x plus de chances de gagner)

Votre nom sur Facebook :

Votre pseudo Twitter :

 

VOUS POUVEZ EGALEMENT TENTER VOTRE CHANCE SUR LE SITE DE CINETRAFIC
de Lenny Abrahamson. Sorti le 4 février 2015.

[wc_testimonial by= »La Cinéphile Éclectique » url= »http://carnetscritiques.over-blog.com/ » position= »left »]Frank est un Objet Cinématographique Non Identifié, viagra sale entre cinéma expérimental et road movie. [/wc_testimonial]

frank cover site 2 LOW

     Un jeune anglais, Jon (Domhnall Gleeson), compositeur amateur et joueur de clavier, intègre par hasard un groupe de musique. Composé d’une hystérique électro (Maggie Gyllenhaal), d’un guitariste français, d’une batteuse amorphe et d’un manager aimant faire l’amour à des mannequins de vitrine, le band a aussi un leader charismatique : Frank, chanteur/composteur/gourou qui porte en permanence une tête artificielle. Ce dernier pratique une prose disons… plutôt particulière, et alterne exaltation et dépression. Pour Jon, ce groupe est le révélateur de ses aspirations profondes, le début d’une vie de bohème, loin de son triste job de bureau. Quand toute la troupe s’enferme pendant des mois dans un cottage en plein milieu de la campagne irlandaise pour enregistrer un hypothétique et improbable album, on assiste à des scènes burlesques et farfelues mais rafraîchissantes. Frank n’est pourtant pas un film profondément léger. Les personnages, par leur instabilité, sont tour à tour touchants et inquiétants.

moviethumb-frank-5440d187d1992

         Pendant tout le film, une question taraude Jon : Pourquoi Frank porte-t-il cette fausse tête, lui donnant une allure de poupée humaine ? La figure peinte sur la tête factice est figée, mi-apaisante mi-effrayante. Michael Fassbender, qui campe Frank, joue avec son corps, toujours aussi fin, qui contraste avec l’énormité de la tête. Ses déplacements deviennent donc essentiels, tout comme sa voix et son accent. Très bonne trouvaille du scénario, Frank se met à décrire, à la demande de Jon, ses expressions faciales. Fassbender, une fois de plus, affirme ses choix hétéroclites. Sans faire de choix carriéristes, il est en perpétuelle recherche de nouvelles expériences artistiques. Et Frank en est une, assurément !

          La caméra se pose en témoin de l’ambiance créatrice qui déborde. Elle s’immerge dans la vie commune et quotidienne du groupe psychédélique, comme dans un documentaire original. Mais soyons lucides : le film ne plaira pas à tout le monde. Il faut, pour voir Frank, s’attendre à voir quelque chose d’inédit, de poétique, et dépasser une vision classique de la narration. Ici, rien de linéaire, mais des scènes qui sont presque autant de digressions qui nous éloignent du fil conducteur. Le scénario existe, bien entendu, mais la scène semble être la véritable unité narrative. Plus que l’histoire en elle-même, c’est l’humour et les questions que le film soulève qui nous restent particulièrement en mémoire. Frank est un objet de curiosité qui ravira les esprits curieux.

                                      La Cinéphile Éclectique (http://carnetscritiques.over-blog.com/)

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top