Critique Série

BROADCHURCH : encore une série britannique à ne pas louper ! ★★★★☆

Et si avant VICE-VERSA il y avait…un québecquois ? François Pérusse sévit depuis 1990 au Québec, help  en créant de petits sketchs audios et vidéos. De la fausse pub à l’animation en passant par le détournement, medical le Canadien utilise, entre autres, l’accélération artificielle de sa voix comme puissant outil comique.

x240-9R2x240-NBN

Récemment, c’est  à l’un de ses sketchs, « Cortex » (2007), que l’on s’est particulièrement intéressé. Dans ce petit film animé de 3 minutes 45, quelques petits personnages représentent les différents mécanismes intervenant dans nos réactions, au cœur de notre cerveau. En fonction du message reçu, les émotions interagissent, se disputent ou improvisent afin de répondre correctement au stimuli. Hmm…cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Certes l’animation n’est pas aussi élaborée que dans VICE-VERSAmais la ressemblance du thème est frappante. L’angle abordé est également différent, car moins développé : le sketch de Pérusse s’axe exclusivement sur l’humour, sur la répartie entre les personnages, alors que le film de Pete Docter, de par son format, élargit le sujet par un scénario qui utilise ces éléments, tout en approfondissant la problématique de l’enfance, des souvenirs, du mélange quasi imperceptible des émotions.

On ne retirera pas à VICE-VERSA sa finesse d’analyse et ses points de vue précis, mais vous vous régalerez en regardant « Cortex »…ainsi que d’autres créations de François Pérusse !

La Cinéphile Éclectique (http://carnetscritiques.over-blog.com/)

Merci infiniment à Xavier Leherpeur qui nous a mis sur la « piste » Pérusse ! Sans lui, nous serions passés à côté d’une très belle découverte !

? CLIQUEZ ICI POUR LIRE NOTRE CRITIQUE DE VICE-VERSA

 

Série créée par Chris Chibnall, treatment diffusée à partir du 4 mars 2013 sur la chaîne britannique ITV, this web et à partir du 17 février 2014 sur France 2.

Avec David Tennant, price Olivia Coleman, Charlotte Rampling, Marianne Jean-Baptiste…

Après avoir frappé fort avec la série historique Downton Abbey, ITV réunit tous les bons ingrédients du polar. Un adolescent est assassiné dans une petite ville balnéaire du sud de l’Angleterre, Broadchuch. La policière locale, Ellie Miller (Olivia Coleman), ultra impliquée personnellement dans l’affaire, est obligée de faire équipe avec l’inspecteur Alec Hardy (David Tennant), caractériel, acariâtre, et à l’accent écossais parfois incompréhensible. BROADCHURCH est à voir, vous l’aurez sûrement compris, en version originale de préférence, au risque de passer à côté de la mélodie des accents et du caractère provincial de cette série anglaise.

Filmée de manière plutôt classique, c’est par son ambiance et son huis clos que BROADCHURCH  attire surtout l’intérêt. Les non-dits viennent constamment réorienter une enquête progressant lentement, nous immergeant dans un microcosme où tout le monde se connaît, s’aime ou se déteste, toujours avec une apparente solidarité. Quelques personnages atypiques pimentent l’atmosphère : un tireur à l’arbalète, une marginale antipathique ou un prêtre séduisant… Qui a tué ? Qui sait quoi ? Le spectateur, sans cesse balloté, devient vite obsédé par ce faux rythme. Les langues se délient alors que certains mensonges apparaissent…

 

 

           BROADCHURCH peut, comme c’est rarement le cas, se concevoir en une saison unique de 8 épisodes, ou se prolonger avec le deuxième chapitre. Au choix ! Saison 1 : l’enquête. Saison 2 : le procès…enfin, c’est la face émergée d’un iceberg pervers, renversant, qui trouve étonnamment un second souffle, malgré ce que l’on pouvait redouter. S’il montre la suite, le deuxième opus complète le premier, apporte des précisions mais sème le doute et varie les points de vue. Comme un témoin à charge retourné par l’excellente avocate de la défense (Marianne Jean-Baptiste), le spectateur vacille, s’interroge et cherche une nouvelle vérité, tout en suivant une autre enquête particulièrement prenante. Charlotte Rampling, toujours en quête de rôles inédits, incarne avec conviction et sa classe habituelle l’avocate de l’accusation. En résultent de terribles joutes judiciaires durant le procès, à vous faire froid dans le dos.

Après avoir assisté au spectacle purement policier, mi-glauque mi-fascinant, voilà donc que tout se bouscule. Grands artisans de cette « bousculade », David Tennant et Olivia Coleman forment un duo convaincant. Alors que Coleman joue sur la corde d’une extrême sensibilité, due à l’implication de son personnage, Tennant, lui, utilise à fond le manque de tact et l’apathie de l’inspecteur Hardy. L’opposition fonctionne parfaitement, loin des archétypes de bas étages. Elle bringuebale le spectateur, qui adhère tour à tour à l’humeur de l’un puis de l’autre.

BROADCHURCH , unique en son genre, restera comme une série à l’ambiance incomparable, et ce malgré les tentatives de remake. Elle fait partie de ces séries britanniques au scénario original et intelligent, à voir absolument ! BROADCHURCH est disponible en DVD et Blu-Ray chez France Télévision Distribution.

La Cinéphile Éclectique (http://carnetscritiques.over-blog.com/)

N'hésite pas à me laisser un commentaire !


Comments

Ta dose de ciné quotidienne !

Les nouveaux YouTubeurs à regarder !

L’INFAUX CINÉ, LA VRAIE !

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top